× Papier timbre Petites gabelles Etats provinciaux Bateau-maire Dieuze Franc-Lyonnais Lieues limitrophes Conflits de juridiction Bureau des privilegies Delivrance Conge de remuage Peyriac et Sigean Sel de salaison La Rochelle Regie des accises de Prusse Guerande Richelieu (ville de) Douane de Lyon Vin Conseil (de la Ferme generale) Traites Contrebande Turenne (Vicomte) Pays de Salines Darigrand Edme-François (1735-apres 1796) Agenais Allemagne Sel gris Descente(s) Le Havre Brouage Proces-verbal Clermontois Traite de Tadoussac Seine (bassin de la) Cartes (droits sur) Vexations Cuirs et peaux (droits sur) Privileges Prohibition Alsace Droits reserves Touques Cabaret, cabaretier Remontrances Boucher, boucherie (droits) Annuel (droit) Tabac etranger Tonneins Welferding (Sarreguemines) Franche-Comte Patente du Languedoc Bearn Marque d'or et d'argent (droits) Bordeaux Adjudicataire Traite d'Arsac Pancarte Sedan (principaute) Faux-saunage Regrat, regrattier Franc-sale Billet sommaire Lyon, Lyonnais Tremie Denier Saint-Andre Maitre des ports Grenier a sel Registre sexte Rebat (feuille de) Agent Quetes Visite de bateaux Billet de finances Rosiere, Rosieres Commis aux caves Gros (droits de) Indult (droit) Passavant Bureau de conserve Penthiere Dechet Aigues-Mortes Sel de franchise Flandres Billet de gabellement Rochefort Peccais Espagne Bourgneuf (baie de) Canada Provinces a l'instar de l'etranger effectif Ferme generale Roussillon Serment de catholicite Porte-a-col Normandie Depot (magasin general de sel) Douane de Valence Ordonnances Trepas de Loire Picardie Mur des Fermiers generaux Bureau du contentieux Traite d'Anjou Traite des noirs Re (ile de) Inscription de faux Registre-journal Boissons (droits d'inspecteurs aux) Banvin (privilege du) Traite de Charente Sete Levant Huiles et savons Limousin Quatrieme (droits de) Sel d'aumone Provinces reputees etrangeres Domaine d'Occident Riviere (droits de) Fraude Pays-Bas (espagnols puis autrichiens) Arles Peche Suisse Pont-de-Beauvoisin Dieppe Maspfenning (droit de) Labourd (pays de) Rethel, Rethelois Privilegies Passe-debout Marque de fer (droits sur) Provence Domaine Berry Controle des actes (droits de) Regie generale des aides Benefices (de la Ferme generale) Sac, sacquerie Patache Peages Berre (salins de) Lorraine Alun (droits sur) Deliberation Angleterre Marseille Soldat Nassau (Maison) Montcornet Registre Passeport Bayonne Boutavant Transit Papiers et cartons Table de mer Inventaire Barriere d'octroi Joigny (droit du pont de) Masse Maconnais Gex (pays de) Porteur de sel The Provinces des Cinq grosses fermes Camargue Hotel des Fermes Amidon (Droits sur) Fonds de ferme Courtiers-jaugeurs (droits) Sucre Rochechouart Bande, banditisme Sel de salpetre Authie (riviere) Montmorot Intendant Aides Cour des aides Champagne Subvention (droits de) Bandouliere Foraine Declaration Hainaut Ingrandes Bretagne Dombes Passavant (seigneurie de) Gascogne Caution, cautionnement Anjou Grandes gabelles (pays de) Quart Bouillon (Pays de) Colonies Voiture (de sel) Sel de morue Receveur particulier Huitieme (droits de) Ecrou pour fraude Mandrin Louis Drogueries et epiceries Depots (regie des) Salines (marchandises de) Dunkerque Etain Eaux-de-vie Pays redimes Nantes Bourgogne Biere Bon de masse Directeur, direction des fermes Rouen Sisteron Comtat-Venaissin Tabac Minot Touraine Droits reunis Acquit a caution Juridiction des traites Receveur general des fermes Sous-ferme Croupe, croupier Acquit de paiement Artois Septemes (Les Pennes) Cafe Arc-et-Senans Comptes, comptabilite Auvergne Election, elu Languedoc Toiles de coton (blanches peintes et imprimees) Brigade, brigadier Allege Salins Clerge Compagnie des Indes orientales Cambrai, Cambresis Paris (freres) Dieppedalle Sault (comte de) Cinq sous (droits) Registre portatif Gabelles Rhone Dauphine Sel d'Epsom Accommodement Visite Sols pour livres (sur le droit des fermes) Savoie Acte de societe Amende Bail Bureau des Finances Bureau du commerce Commission Contrainte Controleur Inspecteur Montauban Poitou Proces des Fermiers generaux Femmes et filles Rebellion Retraite Saisie Tournee Fermier general de correspondance Sel national Douane Droits d'entree a Paris Banlieue (droits de la) Entrepot (de transit)



Soldat

Marie-Laure Legay





La désorganisation des territoires occasionnée par les guerres mettait à couvert les soldats qui s’adonnaient à la contrebande. D’ailleurs, il appert que les pratiques des bandes de contrebandiers furent calquées sur celles de l’armée. La proximité sociologique et culturelle et la similitude des modalités d’action engageaient les hommes à passer d’un groupe à l’autre, comme le faisaient les fusiliers de montagne ou les dragons. Malgré les risques encourus et les avertissements répétés (passage en conseil de guerre, condamnation à mort sans rémission, selon les dispositions de Louis XIV, répétées en 1718 malgré l’hésitation portée par la déclaration de janvier 1717 ramenant la peine à cinq ans de galères), les soldats étaient tentés par le profit illégal, surtout lorsqu’ils se trouvaient en garnison aux confins des provinces.

Ils bénéficiaient d’atouts importants pour pratiquer la contrebande du sel ou du tabac. : nombreux, lourdement armés, rapides, ils n’étaient guère inquiétés par les moyens de lutte de la Ferme générale, surtout quand ils étaient à cheval. Ils s’adonnaient donc à des razzias sur les greniers. Les années 1640-1660 et 1690-1710 furent propices aux activités illégales des militaires. En 1709, 110 cavaliers du régiment de Cravattes pillèrent le grenier de Fougères en Mayenne. La même année, des témoins rapportèrent que du sel avait été vendu « par des soldats à plusieurs bourgeois de Nancy dans la nuit du 26 au 27 novembre 1709 ». En déplacement au moment des démobilisations, ils profitaient aussi de leur statut. Simon Perret, Antoine Jobet dit la Feuillade, soldats au régiment de Champagne et Claude Fournier dit l’Espérance, soldat an régiment de Guyenne, en revenant au pays (Lons-le-Saunier) en octobre 1763, firent un détour en Suisse pour faire la contrebande du tabac. Condamnés aux galères par la commission de Besançon, ils obtinrent néanmoins une commutation de peine. De retour de campagne à la même époque, le marquis de Létorière, enseigne aux Gardes, se fit le complice de ses grenadiers en prenant sur lui les carottes de tabac qu'ils avaient achetées à l'étranger. En dehors des périodes militaires actives toutefois, les trafics des soldats furent contenus au XVIIIe siècle par la discipline militaire, même si Jean Chagniot relève la fraude des soldats aux barrières d’octroi de Paris dans les années 1770 et 1780, tant sur le vin, eaux-de-vie, viande et poissons. Le dernier cas d’intégration de contrebandiers amnistiés dans les Gardes françaises date par exemple de 1757. Plus généralement, les réformes militaires placèrent les soldats de troupes sous la surveillance plus étroite de l’état-major. En certains lieux, les chefs d’état-major et les cadres de la Ferme générale se fréquentaient.

Parallèlement, les hommes de guerre furent mobilisés pour servir de soutien logistique aux brigades de la Ferme générale face aux contrebandiers armés ancrés dans les territoires. Les missions de protection se multiplièrent avec le développement du banditisme, lui-même lié au développement du commerce international au XVIIIe siècle. Les souverains utilisèrent les troupes pour lutter contre les trafiquants. En 1718, six compagnies de dragons vinrent en renfort des employés de la Ferme aux prises avec les contrebandiers dans le Soissonnais, la Champagne et la Picardie. Les habitants de ces provinces avaient été marqués en décembre 1712 par l’affaire du régiment de Touraine-Infanterie commandé par le marquis de Maillebois : vingt à vingt-cinq grenadiers en garnison à Laon avaient été chercher du faux-sel en pays étranger et tentèrent de le passer en Soissonnais avec la complicité des gabelous de Vailly, Cormicy, Amifontaine et Sissonne. Ils furent arrêtés à Monceau-le-Waast par le capitaine général de brigades Doffoy. Un échange de coups de feu provoqua la mort de deux soldats. Les jours suivants, les grenadiers se vengèrent en poursuivant Doffoy. Les brigades du sel, entièrement désorganisées, ne continrent plus le faux-saunage qui se fit librement. L’affaire n’eut pas de suite car le père du marquis de Maillebois, Nicolas Desmaretz, tenait le Contrôle général des finances. Le recours aux troupes montées devint fréquent au XVIIIe siècle.

Aux confins de la Lorraine avec le royaume, le duc Stanislas plaça également plusieurs compagnies d’infanterie et de dragons en différents endroits pour « donner main forte, en cas de besoin, aux employés de la Ferme, et tomber en supériorité sur les bandes armées qui oseraient y paraître » (1737). En Roussillon, les miquelets prirent également du service pour surveiller les trafics de contrebande avec l’Espagne. Quinze d’entre eux logeaient à Banyuls. Toutefois, face à l’ampleur des trafics pratiqués depuis la Savoie et la Suisse, Choiseul opta pour la mise sur pied de bataillons spéciaux composés des brigadiers armés de la Ferme générale. La militarisation des brigadiers fut envisagée dans les années 1760 en Auvergne, Dauphiné et Franche-Comté. De même, la Marine fut-elle mise à contribution avec un premier bâtiment construit en 1773-1774 pour lutter contre la contrebande du tabac sur les côtes de Normandie.





Sources et références bibliographiques:

    Sources archivistiques:
  • AD Doubs, 1C 1314, lettre du 8 septembre 1764.
  • AD Meurthe-et-Moselle, B 11 441, arrêt du 7 juillet 1710.
  • BM de Nancy, cote 7/ 123, Instruction du 23 novembre 1737, pour le service des compagnies franches sur les frontières de Lorraine.
  • AN, G7 536, 25 mars 1709.
  • AN, G1 83, Délibération du 26 novembre 1773 (construction d’un navire pour lutter contre la contrebande de tabac en Normandie).

    Sources imprimées:
  • Chambon, Le commerce de l’Amérique par Marseille, t.1, Avignon, 1764, p. 549-560.
  • Déclaration du roi portant règlement pour les droits d'aydes, donnée à Paris, le 30 janvier 1717.
  • Ordonnance du 22 novembre 1762.
  • Ordonnance du Roy portant règlement sur la distribution du sel et du tabac aux troupes dans les trois lieues de l'Artois, du Cambrésis et du Haynault françois, limitrophes à la Picardie, au Soissonnois et à la Thiérache, 14 novembre 1747.
  • Ordonnance du Roy pour deffendre aux cavaliers, dragons et soldats des régimens qui sont dans les villes du dedans du Royaume, d’y troubler la régie des fermes, comme aussi à tous particuliers de se dire, ni faire la fonction de vivandiers pendant que lesdits régimens y demeureront…, 25 avril 1717.
  • Ordonnance du Roy, portant deffense aux brigadiers dragons des six compagnies particulières que Sa Majesté à fait mettre sur pied, distribuer par brigades dans ses provinces de Soissonnais, Picardie Champagne pour empescher le faux saunage, la vente du tabac en fraude marchandises de contrebande, d'en favoriser le commerce ni de prendre de l'argent de ceux qui le feront, pour ensuite les laisser aller, sur peine de mort comme aussi de rançonner des habitans ou particuliers, en exigeant d'eux de l'argent ou autre chose sous prétexte de faux saunage, vente de tabac en fraude ou marchandises de contrebande, sur peine des galères perpétuelles, 5 janvier 1718.
  • Ordonnance du roi du 1er octobre pour renouveler les défenses à tous les gens de guerre sur le commerce de faux sel, de faux tabac et marchandises de contrebande, 1er octobre 1743.
  • Ordonnance du roi portant nouvelles défenses à tous gens de guerre sur le commerce du faux sel, du faux tabac et des marchandises de contrebande, 20 avril 1734.


    Bibliographie scientifique:
  • André Corvisier, Armées et sociétés en Europe de 1494 à 1789, Paris, PUF, 1976.
  • Henry de Buttet, « L'Affaire du Régiment de Touraine-Infanterie (Laon, 1712) », dans Mémoires, Fédération des soc. d'hist. et d'archéol. de l'Aisne, t. 24, 1979, p. 77-84.
  • Jean Chagniot, « La criminalité militaire à Paris au XVIIIe siècle », dans Annales de Bretagne et des pays de l'Ouest, t. 88, 1981, p. 327-345.
  • Stéphane Perréon, L’armée en Bretagne au XVIIIe siècle. Institution militaire et société civile au temps de l’intendance et des Etats, Rennes, PUR, 2005, p. 295-297.
  • Nicolas l’Hénaff, Les fusiliers de montagne du Roussillon au XVIIIe siècle : des troupes légères roussillonnaises parmi les Roussillonnais, Histoire, 2019, HAL id : dumas-02462054.




Citer cette notice:

Marie-Laure Legay, « Soldat » (2023) in Marie-Laure Legay, Thomas Boullu (dir.), Dictionnaire Numérique de la Ferme générale, https://fermege.meshs.fr.
Date de consultation : 14/07/2024
DOI :








×
❮ Liste des notices
publiées