× Papier timbre Petites gabelles Etats provinciaux Bateau-maire Dieuze Franc-Lyonnais Lieues limitrophes Conflits de juridiction Bureau des privilegies Delivrance Conge de remuage Peyriac et Sigean Sel de salaison La Rochelle Regie des accises de Prusse Guerande Richelieu (ville de) Douane de Lyon Vin Conseil (de la Ferme generale) Traites Contrebande Turenne (Vicomte) Pays de Salines Darigrand Edme-François (1735-apres 1796) Agenais Allemagne Sel gris Descente(s) Le Havre Brouage Proces-verbal Clermontois Traite de Tadoussac Seine (bassin de la) Cartes (droits sur) Vexations Cuirs et peaux (droits sur) Privileges Prohibition Alsace Droits reserves Touques Cabaret, cabaretier Remontrances Boucher, boucherie (droits) Annuel (droit) Tabac etranger Tonneins Welferding (Sarreguemines) Franche-Comte Patente du Languedoc Bearn Marque d'or et d'argent (droits) Bordeaux Adjudicataire Traite d'Arsac Pancarte Sedan (principaute) Faux-saunage Regrat, regrattier Franc-sale Billet sommaire Lyon, Lyonnais Tremie Denier Saint-Andre Maitre des ports Grenier a sel Registre sexte Rebat (feuille de) Agent Quetes Visite de bateaux Billet de finances Rosiere, Rosieres Commis aux caves Gros (droits de) Indult (droit) Passavant Bureau de conserve Penthiere Dechet Aigues-Mortes Sel de franchise Flandres Billet de gabellement Rochefort Peccais Espagne Bourgneuf (baie de) Canada Provinces a l'instar de l'etranger effectif Ferme generale Roussillon Serment de catholicite Porte-a-col Normandie Depot (magasin general de sel) Douane de Valence Ordonnances Trepas de Loire Picardie Mur des Fermiers generaux Bureau du contentieux Traite d'Anjou Traite des noirs Re (ile de) Inscription de faux Registre-journal Boissons (droits d'inspecteurs aux) Banvin (privilege du) Traite de Charente Sete Levant Huiles et savons Limousin Quatrieme (droits de) Sel d'aumone Provinces reputees etrangeres Domaine d'Occident Riviere (droits de) Fraude Pays-Bas (espagnols puis autrichiens) Arles Peche Suisse Pont-de-Beauvoisin Dieppe Maspfenning (droit de) Labourd (pays de) Rethel, Rethelois Privilegies Passe-debout Marque de fer (droits sur) Provence Domaine Berry Controle des actes (droits de) Regie generale des aides Benefices (de la Ferme generale) Sac, sacquerie Patache Peages Berre (salins de) Lorraine Alun (droits sur) Deliberation Angleterre Marseille Soldat Nassau (Maison) Montcornet Registre Passeport Bayonne Boutavant Transit Papiers et cartons Table de mer Inventaire Barriere d'octroi Joigny (droit du pont de) Masse Maconnais Gex (pays de) Porteur de sel The Provinces des Cinq grosses fermes Camargue Hotel des Fermes Amidon (Droits sur) Fonds de ferme Courtiers-jaugeurs (droits) Sucre Rochechouart Bande, banditisme Sel de salpetre Authie (riviere) Montmorot Intendant Aides Cour des aides Champagne Subvention (droits de) Bandouliere Foraine Declaration Hainaut Ingrandes Bretagne Dombes Passavant (seigneurie de) Gascogne Caution, cautionnement Anjou Grandes gabelles (pays de) Quart Bouillon (Pays de) Colonies Voiture (de sel) Sel de morue Receveur particulier Huitieme (droits de) Ecrou pour fraude Mandrin Louis Drogueries et epiceries Depots (regie des) Salines (marchandises de) Dunkerque Etain Eaux-de-vie Pays redimes Nantes Bourgogne Biere Bon de masse Directeur, direction des fermes Rouen Sisteron Comtat-Venaissin Tabac Minot Touraine Droits reunis Acquit a caution Juridiction des traites Receveur general des fermes Sous-ferme Croupe, croupier Acquit de paiement Artois Septemes (Les Pennes) Cafe Arc-et-Senans Comptes, comptabilite Auvergne Election, elu Languedoc Toiles de coton (blanches peintes et imprimees) Brigade, brigadier Allege Salins Clerge Compagnie des Indes orientales Cambrai, Cambresis Paris (freres) Dieppedalle Sault (comte de) Cinq sous (droits) Registre portatif Gabelles Rhone Dauphine Sel d'Epsom Accommodement Visite Sols pour livres (sur le droit des fermes) Savoie Acte de societe Amende Bail Bureau des Finances Bureau du commerce Commission Contrainte Controleur Inspecteur Montauban Poitou Proces des Fermiers generaux Femmes et filles Rebellion Retraite Saisie Tournee Fermier general de correspondance Sel national Douane Droits d'entree a Paris Banlieue (droits de la) Entrepot (de transit)



Cour des aides

Arnaud Le Gonidec





Juridiction souveraine en matière de finances extraordinaires, les cours des aides sont au dernier siècle de l’Ancien Régime au nombre de treize dont quatre ont une existence autonome, à savoir Paris, Clermont, Bordeaux et Montauban. Les neuf autres sont réunies à une autre juridiction : à la Chambre des comptes pour Aix, Montpellier et Rouen ou au Parlement pour Besançon, Grenoble, Metz, Pau et Rennes. La Cour des aides de Dijon est rattachée successivement à l’une puis à l’autre des deux juridictions. L’ensemble des pays d’aides, c’est-à-dire les 14 généralités qui supportent l’essentiel des droits d’aides, est compris dans les ressorts des cours normande (généralités de Caen, Alençon et Rouen) et parisienne (généralités de Paris, Amiens, Soissons, Chalons, Lyon, Bourges, Moulins, Tours, Orléans, Poitiers et La Rochelle), d’où l’intérêt fiscal de ces deux cours et l’importance du nombre des contentieux qu’elles connaissent.

Le nombre d’officiers royaux varie suivant l’étendue du ressort de la juridiction. Celle des aides de Paris compte trois chambres, chacune avec trois présidents et respectivement dix-huit, seize et douze conseillers : un procureur général, trois avocats généraux, quatre substituts, deux greffiers en chef, un nombre variable de secrétaires, greffier et huissiers. Héréditaires et patrimoniales, ces offices assurent l’indépendance des magistrats qui, « dépositaires et gardiens des lois », vérifient et enregistrent la législation fiscale et les baux des fermiers. Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, le droit de remontrances est utilisé par les cours souveraines comme une arme offensive dirigée contre la Ferme générale et le « despotisme des administrateurs ».

Les cours des aides disposent également de larges attributions judiciaires. Justices déléguées d’attribution compétente pour le droit des fermes, elles reçoivent les appels interjetés des sentences des juges des traites et maîtres des ports, des grenetiers, des officiers des bureaux des finances, des juges de la marque des fers et des élus. Elles connaissent en outre en première et dernière instance, à l’exclusion des autres cours, « tous débats différens concernant l’administration des Finances » (édit mars 1551) dont le calcul, l’audition et la clôture des comptes appartiennent à la Chambre des comptes, à savoir le paiement des débets ainsi que les exécutoires et, par conséquent, les ventes d’immeubles, privilèges et hypothèques qui concernent les comptables des deniers royaux : trésoriers, receveurs généraux et particuliers, commis et cautions. Elles peuvent ainsi perquisitionner les biens de tous les comptables et gens d’affaires du royaume ainsi que le patrimoine de leurs héritiers. De même, seules les cours des aides peuvent recevoir les contestations entre fermiers, sous-fermiers, munitionnaires, entrepreneurs des vivres et étapes, leurs associés, croupiers, cautions, commis « et autres intéressés » pour raison de leurs fermes, sous-fermes, traités et munitions, transports et associations. Défense est faite à toute autre cour souveraine, Parlement ou Chambre des comptes, de connaître des droits des fermes, à peine de nullité de procédure, de condamnation aux dépens, dommages et intérêts, et d’une amende de 3000 livres.

Certains territoires d’acquisition récente, comme les provinces du Nord, ne relèvent pas du ressort de la Cour des aides dont les compétences sont attribuées aux cours souveraines de droit commun, sinon au Conseil du roi. Les impôts indirects nouvellement créés, comme les droits réunis, échappent également à sa juridiction au profit des intendants de provinces. Si la procédure suit les règles de droit commun édictées au titre XI de l’ordonnance civile d’avril 1667, la déclaration du 2 octobre 1694 déroge au principe de la récusation des juges des aides qui désormais prendre part au jugement de leurs parents ou alliés « intéressés dans lesdites Fermes ».Au criminel, les cours des aides répriment les crimes et délits en violation de la législation fiscale dont les malversations, concussions et vexations des commis des fermes. « Juges naturels de toute espèce de contrebande dépositaires des Loix qui la répriment » selon le premier Président de Malesherbes, les officiers des cours des aides sont « dépouillés » de cette compétence avec l’érection de commissions extraordinaires chargées de juger souverainement des cas de fraude et de contrebande, principalement du sel et du tabac. Les cours des aides exercent enfin des fonctions règlementaires. Souveraines, elles prennent des arrêts de règlement encadrant le bon fonctionnement des juridictions de premier degré avec pour objectif constant de contenir le droit des fermes. Par exemple, Louis-Achille Dionis du Séjour est le rapporteur de l’arrêt du 4 septembre 1765 portant règlement pour les greniersà sel du Lyonnais les lieux, ils laissaient les receveurs des fermes « seuls maîtres de mesurer au peuple le sel ». Après avoir dénoncé cet usage comme « absolument abusif », la Cour statue sur la forme des registres et des procès-verbaux représentés par les commis aux officiers royaux à l’exemple du procès-verbal de la descente de sel qui doit indiquer l’emplacement de chaque masse dans les greniers, la qualité du sel, la perte souffert pendant le transport, l’itinéraire emprunté par le voiturier. Après avoir visé ces documents, les grenetiers sont sommés d’adresser leurs expéditions à la Cour des aides et à la juridiction des gabelles. L’arrêt ordonne en outre l’apposition sur chaque grenier de « deux serrures différentes » dont une clé sera remise au commis receveur et la seconde à l’officier contrôleur, rendant ainsi obligatoire la présence de ce dernier pour que le grenier puisse fonctionner. Les exemples démontrant que la Cour des aides avait à cœur de contrôler l’exercice des commis peuvent être multipliés, à l’image de l’arrêt de janvier 1788 qui ordonnait aux officiers de l’élection de Senlis de viser tous les registres des commis et de procéder à l’évaluation du prix commun des boissons. L’opposition parlementaire, outre les grandes remontrances, se confirme ainsi dans les arrêts de règlement.





Sources et références bibliographiques:

    Sources archivistiques:
  • AN, G1 100 (6) : arrêt de la cour des aides du 4 septembre 1765 portant règlement pour le grenier du Lyonnais.
  • AN, G1 91 (44) : état des jugements rendus par les conseillers de la cour des aides, commissaires du roi à Saumur.
  • AN, G2 18 (16) : Motifs de la cour des aides envoyés par le procureur général au contrôleur générale entre 1782 et 1787.
  • AN, G2 182/2 (30) : arrêt de la cour des aides déclarant bons et valables le procès-verbal et la saisie faits sur J. Salomon tanneur à Amboise.
  • AN, G2 179 (11) : arrêt de la cour des aides condamnant Sylvain et Jean Pinot au carcan pour fraude et rébellion.
  • AN, G2 197 (55) : arrêt de la cour des aides du 2 janvier 1788 ordonnant que les officiers de Senlis seront tenus de parapher tous les registres nécessaires à la perception des droits et de procéder à l’évaluation du prix communs des boissons.
  • AN Z1a 471 : extraits d’ordonnances, d’arrêts et de règlements concernant les fermes, 1465-1770.

    Sources imprimées:
  • D. Diderot et J. d’Alembert, Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, 1751, t. 4, v° « cour des aides » p. 355-372.
  • Dictionnaire de jurisprudence et des arrêts, t. 3, éd. 1783, v° « aides » p. 648-658.
  • Encyclopédie méthodique. Jurisprudence, 1783, t. 3, v° « cour des aides » p. 378-392.
  • J.-L. Lefebvre de La Bellande, Traité général des droits d’aides, 1760, t. 2, p. 250-265.
  • Édit de mars 1551 portant établissement d’une seconde chambre à la cour des aides de Paris et Déclaration du roi du 10 août 1748 servant de règlement pour la Cour des aides de Paris, dans Nouveau code des tailles ou recueil des ordonnances, édits, déclarations, règlements et arrêts rendus, tant sur cette matière et autres impositions, que sur la Jurisprudence qui s’observe dans les Cours des aides et les élections, 4e éd., 1761, t. 3, p. 70-82 et p. 595-604.


    Bibliographie scientifique:
  • S. Clémencet, « Cour des Aides de Paris Z1a », dans Guide des recherches dans les fonds judiciaires de l'Ancien Régime aux Archives nationales, Paris, 1958, p. 223-233.
  • G. Dupont-Ferrier, Nouvelles études sur les institutions financières de la France à la fin du Moyen Âge : les origines et le premier siècle de la Chambre ou Cour des aides de Paris, Paris, 1933.
  • D. Bège, Une compagnie à la recherche de sa raison d'être, la Cour des aides de Guyenne et ses magistrats, 1553-1790, thèse de doctorat, Droit, Paris 1, 1974, dact.
  • F. Hébert, La Cour des aides de Paris sous l’Ancien Régime, Thèse de droit, Paris, 1965, dact., 3 vol.
  • D. Ligou, « La cour des Aides de Montauban à la fin du XVIIIe », Annales du Midi. Revue archéologique, historique et philologique de la France méridionale, t. 64, n°20, 1952, p. 297-324.
  • C. Mengès-Le Pape, La Cour des aides et finances de Montauban : 1642-1790. Thèse soutenue en 1991 à Toulouse 1, dact., 3 vol.




Citer cette notice:

Arnaud Le Gonidec, « Cour des aides » (2023) in Marie-Laure Legay, Thomas Boullu (dir.), Dictionnaire Numérique de la Ferme générale, https://fermege.meshs.fr.
Date de consultation : 14/07/2024
DOI :








×
❮ Liste des notices
publiées